Retrouvez nous sur :

Pour accueillir les jeunes en formation, les Frères à Toulouse depuis 1788, ont recherché vers 1875, un autre lieu d’implantation, leurs maisons étant devenues insuffisantes.

De son côté, le père Montagne, curé de Pibrac, souhaitait procurer aux garçons une éducation semblable à celle que l’école des Filles de la Croix (voir article bâtisse Mairie-ancienne école des Filles de la Croix) donnait aux filles du village depuis 1849.

Chaque année, depuis la canonisation de Sainte Germaine en 1867, des Frères venaient en pèlerinage à Pibrac. La rencontre entre les frères et le curé de Pibrac permit de réaliser leurs vœux respectifs : les Frères firent l’acquisition de la propriété des héritiers de Louis Marie Jules de Sambucy (Maire de Pibrac de 1821 à 1830).

Environ 4 hectares comprenant maisons, parc, bois, jardin, terre, le tout entouré d’un mur et une maison située côté rue et mitoyenne à l’enclos.

En 1877, les Frères s’installent à Pibrac et créent un petit noviciat d’une cinquantaine d’enfants désireux de devenir Frères. Une chapelle provisoire est construite.

En 1879, c’est l’ouverture d’une école libre pour les garçons de la paroisse et la construction du grand bâtiment dit bâtiment de l’horloge, comportant 3 niveaux, combles, sous-sol partiel voûté, destiné à abriter des salles de classe, des dortoirs, des locaux d’intendance.

La construction est faite en briques foraines, charpentes bois, couverture en tuiles. Sur la façade principale, un fronton arrondi destiné à recevoir une horloge qui ne sera mise en place qu’en 1888 par les Ets Lussault, horloger près de Poitiers, ainsi que les trois cloches baptisées : St François d’Assise, Ste Germaine, St J.B. de la Salle, provenant de la fonderie
Georges Bollée à Orléans.

En 1880, une communauté dit des anciens s’installent également dans l’établissement de Pibrac, elle regroupe des frères âgés ainsi que des frères chargés de l’intendance. Pour subvenir à leurs besoins, on trouve une basse-cour, un jardin potager, un verger, des vignes…

Ce n’est qu’en 1901, que achèveront les travaux de la nouvelle chapelle, un édifice de pur style roman, le plein cintre règne dans tout le corps du bâtiment, dont l’intérieur tout en blancheur est éclairé par des vitraux réalisés par Gustave Pierre Dagrand, peintre-verrier à Bordeaux; dédiée à Saint Jean Baptiste de la Salle.

Deux chapelles s’ouvrent dans le haut de la nef : celle de la Sainte Famille et celle de Sainte Germaine. Le chemin de croix en stuc moulé, œuvre d’un artisan toulousain ne sera entièrement terminé qu’en mars 1902.

Retour
logo bibliotheque
logo tmp
logo maison initiative